Le Caucase

L’UE réaffirme son attachement à ses relations avec l’Azerbaïdjan

David McAllister, Union européenne, Azerbaïdjan

Le président de la Commission des Affaires étrangères de l’Union européenne, David McAllister, a réaffirmé toute l’importance des liens existants entre l’Azerbaïdjan et les Etats membres. 

C’est au cours d’un déplacement en Azerbaïdjan que David McAllister, président de la Commission des Affaires étrangères de l’Union européenne, a tenu a officialiser l’importance des relations existantes entre le pays du Caucase et ceux de l’UE. Un déplacement des plus officiels puisque l’homme politique a prononcé un discours au Milli Medjilis, l’assemblée nationale azérie. Le premier volet de la prise de parole de David McAllister s’est penché sur un point on ne peut plus politique : le conflit Arménie-Azerbaïdjan. A ce titre, l’homme a tenu à rappeler qu’il soutenait l’intégralité territoriale de l’Azerbaïdjan. Car après avoir signé un partenariat renforcé avec l’Arménie, difficile pour l’UE de froisser Bakou de qui elle attend d’importantes livraisons de gaz naturel d’ici 2018.

L’Azerbaïdjan, un pays important pour l’UE

Au cours de la même prise de parole, David McAllister a par ailleurs développé plusieurs points forts relatifs à la bonne entente mutuelle, et surtout à l’importance du rôle de l’Azerbaïdjan à plusieurs niveaux : la laïcité, la stabilité régionale, le rôle stratégique de point de relais avec le monde musulman et l’Asie : “L’Azerbaïdjan est un pays laïc. On trouve que l’Azerbaïdjan peut jouer un rôle de pont entre l’Europe, le monde musulman et l’Asie. Nous saluons le rôle de l’Azerbaïdjan dans le dialogue interculturel et comprenons très bien l’importance de ce pays du point de vue géographique.”

Aussi, le président de la Commission des Affaires étrangères européennes a rappelé par la même occasion que Bruxelles soutenait les réformes économiques et politiques engagées dans le pays, estimant que “nous devrons renforcer la coopération avec l’Azerbaïdjan et le soutien aux réformes menées dans ce pays”.

Cette prise de position de la part de l’UE intervient alors qu’un regain de tensions s’est fait sentir ces derniers jours sur la ligne de conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Une manière pour Bruxelles de tenter d’apaiser les conflits.