Le Caucase

Pétrole : la Russie et l’Arabie Saoudite appellent à une forte hausse de la production

La Russie et l’Arabie Saoudite poussent l’OPEP et ses alliés à augmenter fortement leur production pétrolière à partir de juillet pour répondre à la demande croissante et couvrir les interruptions d’approvisionnement au Venezuela et en Libye, tout ceci en dépit de l’opposition de plusieurs membres du groupe des producteurs, dont l’Iran.

Eviter la surchauffe

“La demande de pétrole augmente habituellement au plus fort du troisième trimestre … Nous pourrions faire face à un déficit si nous ne prenons pas de mesures”, a déclaré le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak, aux journalistes. “À notre avis, cela pourrait entraîner une surchauffe du marché.”

Alexander Novak a déclaré que la Russie souhaitait que l’OPEP et les pays non-membres de l’OPEP augmentent leur production de 1,5 million de barils par jour, éliminant ainsi les baisses de production de 1,8 million de bpj qui ont permis de rééquilibrer le marché au cours des 18 derniers mois.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole était réunie ce vendredi 22 juin pour décider de la politique de production face aux appels de grands consommateurs comme les Etats-Unis et la Chine pour faire chuter les prix du pétrole et soutenir l’économie mondiale en produisant plus de brut.

Le chef de facto de l’OPEP, l’Arabie Saoudite, et la Russie – non-membre – ont proposé de relâcher graduellement les réductions de production – en place depuis début 2017 – tandis que les membres de l’OPEP, l’Iran, l’Irak, le Venezuela et l’Algérie s’y opposent.