Le Caucase

Quelle arme la Russie a-t-elle testée dans l’Arctique ?

Cinq ingénieurs nucléaires russes morts dans l’explosion d’un moteur de fusée ont été enterrés à Sarov, une ville située à 373 km à l’est de Moscou, où sont fabriquées des ogives nucléaires.

L’agence nucléaire d’Etat russe Rosatom a déclaré que les experts testaient un moteur à propulsion nucléaire sans donner plus de détails techniques.

L’essai a eu lieu sur une plate-forme offshore dans l’Arctique, dans une zone d’essai navale.

La Russie a précédemment testé un missile de croisière à propulsion nucléaire baptisé “Burevestnik”.

Mais les responsables n’ont pas précisé quel système était impliqué dans le test désastreux de jeudi dernier.

L’explosion a été suivie par un pic de radiation de 40 minutes à Severodvinsk, une ville située à 40 km à l’est du banc d’essai de Nyonoksa, au bord de la mer Blanche.

Les responsables de Severodvinsk ont ​​déclaré que les radiations dans la ville ont atteint 2 microsieverts par heure, avant de retomber à 0,11 microsieverts, soit deux niveaux trop faibles pour causer le mal des rayons.

Trois autres ingénieurs ont été blessés dans l’explosion et sont maintenant à l’hôpital, a déclaré Rosatom.

Les experts en Russie et en Occident ont déclaré que le test était très probablement lié au 9M730 Burevestnik, qui signifie “pétrel”, un type d’oiseau de mer. Dans un discours prononcé devant le Parlement russe en mars 2018, le président Vladimir Poutine a décrit le missile. L’OTAN lui a donné le nom de SSC-X-9 Skyfall.

Dans un premier temps, le ministère russe de la Défense indiquait que l’explosion du 8 août impliquait un moteur de fusée à carburant liquide et avait fait deux morts, sans préciser les victimes.

Plus tard, Rosatom déclarait que le test impliquait une “source de propulseur radio-isotopique” et avait eu lieu sur une plate-forme offshore.

Les ingénieurs avaient terminé les essais, mais un incendie a soudainement éclaté et le moteur a explosé, projetant les hommes à la mer, a déclaré Rosatom.