Le Caucase

La Russie répond à Ursula von der Leyen au sujet du vaccin Spoutnik

L’ambassade de Moscou à Bruxelles accuse la présidente de la Commission de politiser de façon “déplorable” le développement du vaccin russe contre le coronavirus.

Jeudi, la Russie a réprimandé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en raison de remarques publiques qui ont soulevé des doutes sur le vaccin contre le coronavirus Spoutnik V.

Dans une déclaration, l’ambassade russe à Bruxelles a déclaré que les commentaires de Mme von der Leyen étaient “soit un effort pour politiser la question d’une manière non fondée et, en fait, déplorable, soit le signe d’un niveau de sensibilisation insuffisant du haut fonctionnaire”.

Mercredi, le chef de la Commission a fait de rares remarques publiques sur le vaccin russe, que plusieurs pays de l’UE ont déclaré envisager pour une éventuelle autorisation d’urgence, et a laissé entendre que même les Russes ne veulent pas de ce vaccin.

Lors d’une conférence de presse, M. von der Leyen a catégoriquement démenti les informations selon lesquelles le fabricant du vaccin russe, le Fonds russe d’investissement direct (FIRD), aurait demandé l’autorisation de l’Agence européenne des médicaments. Elle a ensuite ajouté : “Globalement, je dois dire que nous nous demandons toujours pourquoi la Russie offre théoriquement des millions et des millions de doses alors qu’elle ne progresse pas suffisamment dans la vaccination de sa propre population”.

La RDIF a insisté sur le fait que Spoutnik V est aussi bon que les vaccins fabriqués en Occident, et qu’elle fait pression pour obtenir l’approbation de l’UE, alors que les critiques disent qu’il est utilisé par le Kremlin comme un outil géopolitique et qu’on ne devrait pas lui faire confiance. Mais les organisations de presse russes et internationales ont fait état d’une absence de forte demande du public pour le vaccin, de nombreuses doses étant stockées dans des cliniques. Le président russe Vladimir Poutine, considéré comme à haut risque à 68 ans, n’a pas non plus été vacciné, ou du moins n’a pas reconnu l’avoir reçu.

Dans sa déclaration de jeudi soir, la mission permanente de la Russie auprès de l’UE a déclaré qu’elle était “perplexe d’entendre” l’évaluation de M. von der Leyen “, car ce sont les représentants des autorités russes, de la communauté scientifique et des entités commerciales, y compris le Fonds russe d’investissement direct, engagés dans la promotion du vaccin sur le marché mondial, qui ont souligné publiquement à plusieurs reprises que la vaccination de leurs propres citoyens constitue une priorité absolue pour la Russie dans sa lutte contre la COVID-19”.

La déclaration a continué : “Dans le plein respect des principes de la démocratie et du droit humanitaire, l’inoculation en Russie est volontaire et, à ce jour, tous les citoyens intéressés reçoivent le vaccin sans délai et gratuitement. Un vaste réseau de centres de vaccination a été mis en place et est constamment amélioré, notamment grâce à l’utilisation d’outils de numérisation modernes”.

L’ambassade a insisté sur le fait que les efforts déployés pour fournir le vaccin Spoutnik à d’autres pays n’étaient “en aucune façon liés” à la disponibilité des vaccins pour la population russe. La déclaration n’a pas fourni de détails sur la production nationale ou internationale.

Des questions ont tourbillonné autour du vaccin Spoutnik depuis que les régulateurs russes l’ont autorisé pour la première fois en août pour un usage limité sans attendre les données de sécurité ou d’efficacité d’un essai clinique de phase III. Une étude revue par des pairs et publiée dans la revue médicale The Lancet au début du mois a montré que le vaccin Spoutnik est sûr et efficace à plus de 91 %.

Les commentaires de M. Von der Leyen, mercredi, sont arrivés alors que la Commission cherche à rétablir la confiance dans les capitales de l’UE concernant la gestion de la stratégie du bloc en matière de vaccins, qui a progressé bien plus lentement qu’elle ne l’avait espéré, principalement en raison d’insuffisances de fabrication inattendues. La lenteur du déploiement n’a fait qu’accroître l’intérêt pour le vaccin russe, pour lequel la Hongrie, par exemple, a déjà accordé une autorisation d’urgence.

Un porte-parole de la Commission a déclaré qu’ils n’avaient aucun commentaire à faire sur la déclaration russe.