Le Caucase

Bakou prêt à engager le dialogue entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie

Selon le dirigeant azerbaïdjanais Ilham Aliyev, l’ouverture des communications sera dans l’intérêt de toute la région, donnant un nouvel élan à la coopération et ouvrant de nouvelles possibilités

Bakou est prêt à ouvrir les communications avec Erevan, ce qui constituera un point de départ pour mettre un terme au conflit du Haut-Karabakh, a déclaré dimanche le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev lors d’une réunion avec la présidente en exercice de l’OSCE et ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde, en visite.

“Nous avons déjà commencé le processus de négociations sur l’ouverture des communications entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Cela faisait partie de la déclaration qui a été signée le 10 novembre. Les négociations ont déjà eu lieu à plusieurs reprises, à différents niveaux, et je pense que cette question particulière peut être un point de départ pour tourner complètement la page de la guerre et la laisser à l’histoire”, a-t-il déclaré sur le site web présidentiel.

Selon le dirigeant azerbaïdjanais, l’ouverture des communications sera dans l’intérêt de toute la région, donnant un nouvel élan à la coopération et ouvrant de nouvelles possibilités. “Et cela peut amener après de nombreux autres domaines de coopération potentielle. J’ai déjà dit publiquement que l’Azerbaïdjan était prêt pour cela”, a-t-il souligné, ajoutant que les quatre mois qui se sont écoulés depuis la guerre “démontrent déjà la volonté des deux parties de tourner la page et de se concentrer sur l’avenir.”

Ann Linde, à son tour, a déclaré que l’OSCE “verrait s’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour contribuer à la résolution du conflit dans la zone de l’OSCE” et a souligné que dans ce contexte, le droit international, les droits de l’homme, le droit humanitaire, la paix et la sécurité sont une priorité absolue pour l’OSCE.

De nouveaux affrontements entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ont éclaté le 27 septembre, d’intenses batailles faisant rage dans la région contestée du Haut-Karabakh. La région a connu des flambées de violence à l’été 2014, en avril 2016 et en juillet dernier.

Le 9 novembre, le président russe Vladimir Poutine, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan ont signé une déclaration commune sur un cessez-le-feu complet dans le Haut-Karabakh à partir du 10 novembre. En vertu de ce document, les parties azerbaïdjanaise et arménienne ont arrêté les positions qu’elles occupaient et des soldats de la paix russes ont été déployés le long de la ligne d’engagement dans le Haut-Karabakh et le long du corridor de Lachinsky qui relie l’Arménie à l’enclave afin d’exercer un contrôle sur le respect du cessez-le-feu. En outre, un certain nombre de districts sont passés sous le contrôle de Bakou.

Le 11 janvier 2021, les trois dirigeants se sont rencontrés à Moscou pour signer une déclaration commune qui prévoyait, entre autres, la création d’un groupe de travail au niveau des vice-premiers ministres pour débloquer tous les liens économiques et de transport dans la région.