Le Caucase

Des groupes de défense des droits en Russie condamnent le rôle de Moscou dans les crimes de guerre en Syrie

Le premier rapport détaillé émet une critique rare des abus du conflit tels que les bombardements aveugles.

Des organisations russes de défense des droits de l’homme de premier plan ont publié leur premier rapport complet sur les abus commis dans le cadre du conflit en Syrie, qui dure depuis dix ans. Elles condamnent la participation directe de Moscou dans des bombardements ayant touché des civils, son soutien au recours à la torture par le régime d’Assad et sa culpabilité dans d’autres crimes de guerre.

“Les médias d’État russes ne parlent pas des victimes des bombardements, ni des déplacements forcés de civils résultant en partie des actions militaires de la Russie en Syrie”, écrivent les auteurs du rapport. “En conséquence, le public russe ne dispose pas de connaissances suffisantes pour juger qui et ce que nous soutenons en Syrie, combien cette guerre nous coûte, et combien de souffrances la guerre a infligé aux civils – des personnes qui n’ont jamais pris les armes.”

Le rapport de 198 pages, intitulé Une décennie dévastatrice : Violations des droits de l’homme et du droit humanitaire dans la guerre en Syrie, est présenté comme le premier rapport sur le conflit rédigé par des groupes russes de défense des droits de l’homme. Il comprend des entretiens avec des survivants du conflit menés au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Russie.

“En nous concentrant sur le sort de ces civils, nous concluons que la responsabilité de l’avenir de la Syrie incombe bien davantage à tous les États parties au conflit, au premier rang desquels la Russie”, indique le rapport.

Parmi ses auteurs figurent certains des défenseurs des droits de l’homme les plus connus de Russie, dont le centre des droits de l’homme Memorial, la responsable du Comité d’assistance civique, Svetlana Gannushkina, ainsi que des membres éminents des Mères de soldats de Saint-Pétersbourg et du Mouvement des jeunes pour les droits de l’homme.

Si le rapport détaille également les abus commis par les groupes d’opposition armés et les accusations de bombardements aveugles par les forces de la coalition occidentale, il émet une rare critique de la politique de Moscou en Syrie depuis l’intérieur du pays, où la guerre est largement dépeinte comme un conflit réussi contre les groupes islamistes soutenus par l’Occident, responsables de la plupart des atrocités commises contre les civils.

“L’influence entraîne une responsabilité”, peut-on lire dans le rapport. “Étant donné le rôle clé de la Russie dans le maintien au pouvoir du régime Assad, nous exhortons le gouvernement russe à user de son influence sur les autorités syriennes pour mettre fin aux arrestations arbitraires, à la torture et aux traitements dégradants dans les prisons, aux exécutions extrajudiciaires et aux disparitions forcées.”

À la suite de reportages indiquant que les avions de guerre russes ont pris pour cible des hôpitaux et d’autres infrastructures civiles, le rapport a enquêté sur les opérations menées par les forces aérospatiales russes qui ont entraîné la mort de civils en Syrie.