Le Caucase

L’Iran et les États-Unis sont sur la bonne voie pour revenir à un accord sur le nucléaire, selon la Russie

Les pourparlers virtuels entre les parties prenantes au PGAC ont abouti à un accord pour se rencontrer en personne la semaine prochaine.

Téhéran et Washington sont sur la bonne voie pour se remettre en conformité avec l’accord sur le nucléaire iranien, mais les progrès ne seront pas faciles, a déclaré la Russie à l’issue de discussions virtuelles.

Dans un élan positif, les parties ont convenu de se rencontrer officiellement en personne à Vienne mardi prochain.

La réunion virtuelle de la commission mixte, qui a son siège dans la capitale autrichienne, fait suite à une percée réalisée en début de semaine lors de discussions privées sur la manière dont l’Iran et les États-Unis pourraient se conformer de nouveau à l’accord, étape par étape.

La commission, dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Chine, l’UE et la Russie sont membres, est chargée de surveiller la mise en œuvre de l’accord, connu officiellement sous le nom de Plan Global d’Action Conjoint (PGAC). La réunion virtuelle s’est déroulée au niveau des vice-ministres des affaires étrangères ou des directeurs politiques.

L’ambassadeur russe à Vienne, Mikhail Ulyanov, a qualifié la réunion de professionnelle. “L’impression est que nous sommes sur la bonne voie, mais le chemin à parcourir ne sera pas facile et nécessitera des efforts intensifs”, a-t-il déclaré. “Les parties prenantes semblent être prêtes pour cela”.

Il avait déclaré avant la réunion que l’option la plus prudente serait “de se mettre d’accord sur des mesures initiales et significatives afin de créer un climat beaucoup plus favorable pour aller rapidement au point d’arrivée avec une mise en œuvre complète du PGAC par toutes les parties”.

Des changements significatifs ont eu lieu dans la position américaine, a-t-il ajouté.

Donald Trump a retiré unilatéralement les États-Unis de l’accord en 2018 et a augmenté les sanctions économiques contre l’Iran dans le but de forcer Téhéran à renégocier l’accord que Washington avait signé en 2015.

L’Iran a pris une série de mesures de rétorsion en s’éloignant de l’accord, et a déclaré initialement qu’il ne parlerait pas à Washington tant que les États-Unis ne l’auraient pas réintégré. Les pourparlers menés en coulisses sous la médiation des puissances européennes se sont depuis enlisés dans des discussions sur le calendrier, l’administration Biden donnant l’impression qu’un retour à l’accord n’était pas une priorité, car elle se concentrait sur son programme national.

Un porte-parole du département d’État américain a déclaré que la réunion virtuelle avait été une étape positive.

Le vice-ministre iranien des affaires étrangères, Seyed Abbas Araghchi, a réitéré la position de Téhéran après la réunion. Il a déclaré que, dès que les États-Unis auront levé les sanctions et que cette mesure aura été vérifiée, l’Iran cessera de réduire ses engagements dans le cadre de l’accord. “Aucun pourparlers n’est nécessaire pour que les États-Unis reviennent dans le PGAC… la voie à suivre pour les États-Unis est très claire”, a-t-il déclaré.

La réunion en personne se tiendra probablement à un niveau plus élevé, et il est certain que l’Iran résistera à toute discussion visant à actualiser ou à compléter l’accord.

L’une des possibilités serait que les États-Unis lèvent leur veto aux prêts accordés à l’Iran par le Fonds monétaire international. Le gouverneur de la Banque centrale d’Iran (CBI), Abdolnaser Hemmati, a déclaré : “Nous attendons du Fonds monétaire international qu’il réponde à la demande légale de l’Iran dans les plus brefs délais, sans discrimination, intrusion ou pression de la part des États-Unis”.

L’autre solution serait que Washington autorise les banques de Corée du Sud et d’ailleurs à débloquer jusqu’à 7 milliards de dollars (6 milliards d’euros) de fonds iraniens gelés par les sanctions américaines.

Les deux approches seraient relativement faciles à adopter pour les États-Unis et ne nécessiteraient pas l’approbation du Congrès. L’Iran nie que Washington lui a offert 15 milliards de dollars en échange d’une réduction de son niveau d’enrichissement de l’uranium de 20 %.

Certains observateurs avaient espéré que les États-Unis lèveraient plus rapidement les sanctions afin d’aider le mouvement réformiste en difficulté lors des élections présidentielles iraniennes de juin, mais pour diverses raisons, l’administration Biden a opté pour un rythme plus lent et plus mesuré.