Le Caucase

Les États-Unis imposent des sanctions à la Russie en raison de cyberattaques

Les États-Unis ont annoncé des sanctions contre la Russie en réponse à ce qu’ils appellent des cyberattaques et d’autres actes hostiles.

Ces mesures, qui visent des dizaines d’entités et de responsables russes, ont pour but de dissuader “les activités étrangères nuisibles de la Russie”, a déclaré la Maison Blanche.

La déclaration affirme que les services de renseignement russes sont à l’origine du piratage massif “SolarWinds” de l’année dernière, et accuse Moscou d’ingérence dans l’élection de 2020.

La Russie nie toutes les allégations et dit qu’elle répondra en nature.

Les sanctions annoncées jeudi sont détaillées dans un décret signé par le président Joe Biden. Elles interviennent à un moment tendu pour les relations entre les deux pays.

Le mois dernier, les États-Unis ont ciblé sept responsables russes et plus d’une douzaine d’entités gouvernementales à la suite de l’empoisonnement d’Alexei Navalny, critique du Kremlin. La Russie affirme qu’elle n’est pas impliquée.

Lors d’un appel avec le président russe Vladimir Poutine mardi, M. Biden s’est engagé à défendre “fermement” les intérêts nationaux américains, tout en proposant une rencontre avec M. Poutine pour trouver des domaines dans lesquels les deux pays pourraient travailler ensemble.

Qu’a déclaré l’administration Biden ?

Jeudi, M. Biden a qualifié sa décision d’imposer des sanctions à la Russie de “proportionnée”.

“J’ai été clair avec le président Poutine sur le fait que nous aurions pu aller plus loin, mais j’ai choisi de ne pas le faire”, a déclaré M. Biden aux journalistes. “Les États-Unis ne cherchent pas à donner le coup d’envoi d’un cycle d’escalade et de conflit avec la Russie”.

Il a ajouté que la voie à suivre passait par “un dialogue réfléchi et un processus diplomatique”.

Selon une déclaration de la Maison Blanche, les nouvelles sanctions montrent que les États-Unis “imposeront des coûts d’une manière stratégique et économiquement significative à la Russie” si elle poursuit son “action internationale déstabilisante”.

Elle réaffirme l’opinion de l’administration selon laquelle le gouvernement russe est à l’origine de cyberattaques et tente de “compromettre la tenue d’élections démocratiques libres et équitables” aux États-Unis et dans les pays alliés.

Elle accuse spécifiquement le service de renseignement extérieur russe, le SVR, d’être responsable de l’attaque SolarWinds, qui a permis aux cybercriminels d’accéder à 18 000 réseaux informatiques gouvernementaux et privés.

En décembre dernier, le secrétaire d’État américain de l’époque, Mike Pompeo, avait déclaré qu’il pensait que la Russie était derrière cette attaque.

Les dernières sanctions visent 32 entités et responsables accusés d’avoir tenté d’influencer l’élection présidentielle américaine de 2020 “et d’autres actes de désinformation”.

Dix diplomates sont en cours d’expulsion. Le décret interdit également aux institutions financières américaines d’acheter des obligations libellées en roubles à partir de juin.