Le Caucase

Le G7 devrait mettre en place un mécanisme de réponse rapide à la “propagande” russe

Le Groupe des sept pays les plus riches va examiner une proposition visant à mettre en place un mécanisme de réaction rapide pour contrer la “propagande” et la désinformation venue de Russie, a déclaré à Reuters le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.

S’exprimant avant une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Londres, la première réunion en personne de ce type depuis deux ans, Raab a déclaré que le Royaume-Uni “obtenait que le G7 se réunisse avec un mécanisme de réfutation rapide” pour contrer la désinformation russe.

“Ainsi, lorsque nous constatons que des mensonges, de la propagande ou des fausses nouvelles sont diffusés, nous pouvons, non pas individuellement, mais ensemble, les réfuter et, franchement, rétablir la vérité, pour les habitants de ce pays, mais aussi en Russie, en Chine ou dans le monde entier”, a déclaré M. Raab.

La Russie et la Chine tentent de semer la méfiance dans tout l’Occident, que ce soit en diffusant de la désinformation lors des élections ou en répandant des mensonges sur les vaccins COVID-19, selon des responsables de la sécurité britanniques, américains et européens.

La Russie nie toute ingérence au-delà de ses frontières et affirme que l’Occident est en proie à une hystérie anti-russe. La Chine affirme que l’Occident est une brute et que ses dirigeants ont un état d’esprit post-impérial qui leur fait croire qu’ils peuvent agir comme les gendarmes du monde.

La Grande-Bretagne a identifié la Russie comme la plus grande menace pour sa sécurité, même si elle considère la Chine comme son plus grand défi à long terme, sur le plan militaire, économique et technologique.

Dominic Raab rencontrera lundi le secrétaire d’État américain Antony Blinken, donnant ainsi le coup d’envoi d’une semaine de diplomatie visant à revigorer le rôle du G7 et à former un rempart plus large contre ceux qui, selon lui, sapent l’ordre international fondé sur des règles.

“Le champ d’application de la coopération mondiale intense, de la coopération internationale avec nos partenaires américains et, en fait, avec le G7 au sens large, que nous convoquons cette semaine, n’a jamais été aussi vaste”, a déclaré M. Raab.

Il a souligné que le fait de se rencontrer en personne – ce qui n’est possible que grâce à des mesures comme les tests quotidiens des participants – faciliterait grandement la diplomatie : “On ne peut pas faire grand-chose sans Zoom”.

Les membres du G7 sont la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon et leur produit intérieur brut combiné est d’environ 40 000 milliards de dollars, soit un peu moins de la moitié de l’économie mondiale.

Les responsables britanniques et américains ont exprimé leur inquiétude ces derniers mois au sujet de la coopération stratégique croissante entre la Russie, le plus grand pays du monde par son territoire, et la Chine, la grande économie à la croissance la plus rapide du monde.

Interrogé sur ces préoccupations, M. Raab a déclaré : “Ce qui nous importe le plus, c’est d’élargir le caucus international des pays de même sensibilité qui défendent des sociétés ouvertes, les droits de l’homme et la démocratie, qui défendent un commerce ouvert.”

Il a ajouté que nombre de ces alliés voulaient “savoir comment cette pandémie a commencé”. L’épidémie de coronavirus, qui a débuté en Chine fin 2019, a tué 3,2 millions de personnes et coûté au monde des milliers de milliards de dollars en perte de production.

Dominic Raab a déclaré que certaines des barrières entre le G7 et d’autres pays partageant les mêmes idées devaient être éliminées, afin qu’il puisse y avoir un réseau plus large d’alliés qui défendent les marchés ouverts et la démocratie.