Le Caucase

Un groupe d’investisseurs kazakhs conteste les règles d’éviction des actionnaires minoritaires

Un groupe d’investisseurs particuliers a attaqué en justice les règles du Kazakhstan sur l’éviction des actionnaires minoritaires dans une affaire qui pourrait créer un précédent pour le marché des actions de ce pays riche en pétrole.

Fin avril, l’investisseur a intenté une action en justice devant un tribunal local contre la société financière locale Jysan Ventures, après que celle-ci a racheté la société de télécommunications KazTransCom et évincé les actionnaires minoritaires.

Jysan Ventures a rejeté les allégations de pratiques déloyales en les qualifiant d'”infondées” et a déclaré avoir respecté la loi et les règles de la bourse.

Les investisseurs affirment que la société a utilisé de vagues règles d’éviction pour les forcer à vendre à des prix artificiellement bas. Le prix équitable était au moins 39 % plus élevé, disent-ils, et ils demandent une compensation.

Bakht Niyazov, un investisseur en capital-investissement et en capital-risque, fait partie des plaignants.

Il a remporté une longue bataille juridique contre une autre entreprise de télécommunications locale, Kazakhtelecom, en 2019.

Niyazov a déclaré que sa campagne pour les droits des minorités était en partie motivée par des préoccupations concernant sa propre entreprise.

“Plus la situation est mauvaise en matière de protection des investisseurs au Kazakhstan, plus il sera difficile de développer nos principaux projets liés à la croissance des jeunes entreprises”, a-t-il déclaré à Reuters.

Dans le même temps, la Qazaq Association of Minority Shareholders (QAMS), un groupe de pression créé par des investisseurs activistes, fait pression pour obtenir une réforme législative qui clarifierait les règles de retrait obligatoire et garantirait que les investisseurs minoritaires obtiennent le même prix que ceux qui vendent des participations majoritaires.

Contenu de l’article

Le responsable du QAMS, Daniyar Temirbayev, a déclaré à Reuters que le groupe avait réussi à attirer l’attention des autorités en contestant, par exemple, l’évaluation flatteuse des règles de gouvernance d’entreprise kazakhes dans le rapport annuel Doing Business de la Banque mondiale, que le Kazakhstan utilise depuis longtemps comme référence.

Le marché des actions de l’ancienne république soviétique, riche en pétrole, reste sous-développé, avec très peu d’actions liquides et aucun investissement étranger significatif dans les titres locaux, à l’exception de ceux cotés à l’étranger.

Dans l’espoir d’une plus grande diversité, le président Kassym-Jomart Tokayev a ordonné cette année au gouvernement de reprendre les “introductions en bourse du peuple”, dans le cadre desquelles les actions des valeurs vedettes privatisées sont proposées exclusivement aux petits investisseurs.