Le Caucase

Des retards à craindre sur les vols entre l’Europe et la Russie

L’agence fédérale russe de l’aviation, Rosaviatsiya, a informé les compagnies aériennes que les modifications apportées aux itinéraires entre l’Europe et la Russie en raison d’un différend politique concernant le Belarus pourraient entraîner des délais de dédouanement plus longs, problèmes qualifiés de “techniques” par le Kremlin vendredi.

L’agence de presse RBC a rapporté jeudi en fin de journée que la Russie autoriserait les vols européens à arriver et à repartir par des routes qui contournent l’espace aérien biélorusse, bien que Moscou ait précédemment refusé l’accès à deux transporteurs qui contournaient la Biélorussie en route vers Moscou.

Lors de la modification d’itinéraires précédemment approuvés entre l’Europe et l’espace aérien russe, des retards de procédure pourraient survenir pour l’obtention de l’autorisation d’arrivée, de départ et de transit dans l’espace aérien russe, a déclaré Rosaviatsiya dans un communiqué publié vendredi.

“L’augmentation des délais d’exécution des procédures est due à l’augmentation du nombre total de demandes des compagnies aériennes.”

Elle a précisé que les compagnies aériennes européennes avaient effectué 113 vols en utilisant l’espace aérien biélorusse la veille, dont 53 en utilisant des routes alternatives.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que les problèmes étaient de nature purement technique et que cette question ne devait pas devenir un irritant supplémentaire dans les relations de la Russie avec l’Union européenne.

Jeudi, la Russie a refusé d’autoriser un plan de vol d’Austrian Airlines Vienne-Moscou évitant le Belarus, un jour après avoir refusé d’approuver un itinéraire révisé d’Air France Paris-Moscou. Les deux vols ont été annulés.

Elle a toutefois autorisé un vol Austrian Airlines Vienne-Moscou à contourner l’espace aérien biélorusse vendredi, selon l’agence de presse TASS qui cite la compagnie, et a autorisé d’autres transporteurs étrangers jeudi.

L’Union européenne a demandé à ses compagnies aériennes d’éviter le Belarus et a décidé de fermer son propre espace aérien aux transporteurs bélarussiens, dans le contexte de l’indignation suscitée par l’interception, dimanche, d’un avion de Ryanair en route pour la Lituanie depuis la Grèce, et par l’arrestation d’un journaliste dissident qui se trouvait à bord.

Vendredi, le responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, s’est dit préoccupé par le blocage des vols, décrivant l’affaire comme une grande perturbation du trafic aérien.