Le Caucase

Les agences d’espionnage de Russie et de Biélorussie unissent leurs forces contre l’Occident “destructeur”

Les services de renseignement de la Russie et de la Biélorussie ont uni leurs forces contre les activités “destructrices” de l’Occident à la suite du détournement d’un avion par Minsk pour arrêter un dissident, a annoncé jeudi le Service russe de renseignement extérieur (SVR).

Le chef du SVR, Sergei Naryshkin, a rencontré son homologue du KGB moins de deux semaines après que les autorités biélorusses ont ordonné l’atterrissage d’un vol européen à Minsk et arrêté un journaliste dissident biélorusse avec sa petite amie russe. Les gouvernements occidentaux ont exprimé leur indignation face à ce qu’ils ont qualifié de “piraterie aérienne” et de “détournement d’avion parrainé par l’État” et ont ordonné à leurs compagnies aériennes d’éviter l’espace aérien biélorusse, tandis que la Russie a pris la défense de son proche allié.

“Dans l’esprit des relations traditionnellement fraternelles, le SVR de Russie et le KGB de Biélorussie ont convenu de travailler ensemble pour contrer les activités destructrices de l’Occident visant à déstabiliser la situation politique et socio-économique de l’État de l’Union”, a déclaré le SVR dans un communiqué.

L'”État de l’Union” fait référence à un traité d’intégration bilatéral souple que la Russie et le Belarus ont signé en 1999. Ces dernières années, Moscou a fait pression en faveur d’une intégration plus poussée, se heurtant régulièrement aux réticences de Minsk, qui craint une perte de souveraineté.

M. Naryshkin a rencontré le chef du KGB biélorusse, Ivan Tertel, moins de 24 heures après que la télévision contrôlée par le gouvernement biélorusse a publié des images de l’interrogatoire du dissident arrêté. Dans la vidéo diffusée sur la chaîne ONT, Roman Protasevich, 26 ans, affirme avoir été piégé par un associé anonyme avec lequel il avait un conflit personnel.

Les entretiens Naryshkin-Tertel dans la ville biélorusse de Vitebsk, près de la frontière russe, ont porté sur la coopération “dans le contexte des politiques agressives des États-Unis et des pays occidentaux à l’égard de la Russie et de la Biélorussie”.

“L’importance de consolider les efforts visant à renforcer le potentiel de Moscou et de Minsk dans la lutte contre les défis mondiaux et les nouvelles menaces pour la sécurité de l’État de l’Union a été notée lors de la réunion”, a déclaré le SVR.

Mercredi, la Russie a versé la deuxième tranche d’un prêt d’un milliard de dollars au Belarus, alors que Minsk se prépare à être frappé par une nouvelle série de sanctions occidentales. L’Union européenne, qui a décidé d’interdire à la compagnie aérienne nationale du Belarus d’opérer dans l’espace aérien de l’UE, s’est également engagée à débloquer un ensemble de prêts et de subventions d’un montant de 3 milliards d’euros (3,7 milliards de dollars) en faveur d’un “futur Belarus démocratique” si le président Alexandre Loukachenko quitte le pouvoir après 26 ans de règne.

M. Loukachenko a rendu visite au président russe Vladimir Poutine le week-end dernier, témoignant ainsi du soutien de Moscou dans un contexte de condamnation occidentale du détournement spectaculaire du vol Ryanair.