Le Caucase

La Russie inflige une amende à Facebook et Telegram pour ne pas avoir supprimé des contenus interdits

Un tribunal russe a de nouveau infligé une amende aux réseaux sociaux Facebook et Telegram pour ne pas avoir supprimé des contenus interdits.

Facebook devra payer 17 millions de roubles (194 000 €) et Telegram 10 millions de roubles (114 000 €), a indiqué le tribunal de Moscou. Il n’a pas été précisé quel type de contenu les plateformes ont omis de supprimer.

Ces sanctions semblent être la dernière indication des efforts croissants de la Russie pour renforcer le contrôle du discours politique en ligne.

Le mois dernier, Facebook a également été condamné à une amende de 26 millions de roubles (297 000 euros) pour ne pas avoir supprimé des publications que les autorités russes avaient jugées “illégales”.

De son côté, Telegram a récemment été condamné à payer 5 millions de roubles (57 000 euros) pour ne pas avoir retiré les appels à la protestation de son application de messagerie.

La dernière amende infligée à la plateforme de messagerie russe indépendante Telegram est particulièrement significative compte tenu de sa popularité dans le pays.

Bien qu’elle n’ait été adaptée à la langue russe qu’en 2017, Telegram est largement utilisée par les citoyens russes pour communiquer dans des canaux de discussion et des groupes de messagerie. Les autorités russes utilisent aussi régulièrement Telegram pour relayer des messages officiels.

En 2018, l’autorité russe des technologies de l’information et des communications Roskomnadzor a proposé de bloquer Telegram en raison de son refus de remettre les clés de chiffrement, soupçonnant les utilisateurs de planifier des actes terroristes sur la plateforme.

Le chien de garde russe a officiellement retiré les demandes de restriction de l’appli l’année dernière.