Le Caucase

Tensions en mer Noire : la Russie avertit la Grande-Bretagne qu’elle fera feu la prochaine fois

A Moscou, la Russie a convoqué l’ambassadrice Deborah Bronnert pour une réprimande sur ce qu’elle a qualifié d’action “dangereuse” de la Grande-Bretagne en mer Noire – tandis que la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a accusé Londres de “mensonges éhontés”.

“Nous pouvons faire appel au bon sens, exiger le respect du droit international, et si cela ne fonctionne pas, nous pouvons bombarder”, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov aux agences de presse russes.

Ryabkov, faisant référence à la version des événements de Moscou, dans laquelle un avion russe a bombardé la trajectoire du destroyer britannique, a déclaré qu’à l’avenir les bombes seraient envoyées “non seulement sur sa trajectoire, mais aussi sur sa cible.”

La mer Noire, que la Russie utilise pour projeter sa puissance en Méditerranée, est depuis des siècles un point de friction entre la Russie et ses concurrents tels que la Turquie, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

La Russie a saisi et annexé la péninsule de Crimée à l’Ukraine en 2014 et considère les zones autour de sa côte comme des eaux russes. Les pays occidentaux considèrent que la Crimée fait partie de l’Ukraine et rejettent la revendication de la Russie sur les mers qui l’entourent.

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le navire de guerre britannique, qui se rendait du port ukrainien d’Odessa au port géorgien de Batoumi, agissait conformément à la loi et se trouvait dans les eaux internationales.

“Ce sont des eaux ukrainiennes et il était tout à fait correct de les utiliser pour aller de A à B”, a déclaré Boris Johnson. Le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, a accusé les pilotes russes d’avoir effectué des manœuvres dangereuses à 152 m au-dessus du navire de guerre.

“La Royal Navy fera toujours respecter le droit international et n’acceptera pas d’interférence illégale avec un passage innocent”, a déclaré M. Wallace.

En vertu du droit international de la mer, le passage inoffensif permet à un navire de traverser les eaux territoriales d’un autre État tant que cela ne porte pas atteinte à sa sécurité.