Le Caucase

Kazakhstan : les performances olympiques déçoivent le président

35 millions de dollars ont été dépensés pour préparer les athlètes aux Jeux.

Le Kazakhstan n’a pas été à la hauteur aux Jeux olympiques de Tokyo, et le président n’en est pas heureux.

Avec ses huit médailles de bronze, le Kazakhstan a obtenu plus de médailles que les autres nations d’Asie centrale, même si l’Ouzbékistan est mieux classé dans le tableau final grâce à ses trois médailles d’or.

Mais le Kazakhstan se mesure aussi à l’aune de ses performances précédentes, et la comparaison n’est pas flatteuse. Les Jeux de Rio de Janeiro en 2016 ont constitué un point d’orgue remarquable : à cette occasion, les athlètes du pays ont remporté trois médailles d’or, cinq d’argent et dix de bronze.

Le président Kassym-Jomart Tokayev a déclaré le 9 août que le public était en droit d’attendre quelque chose de similaire cette fois-ci.

“Le résultat final de l’équipe nationale – huit médailles de bronze et une 83e place au classement général – ne reflète pas le potentiel sportif du Kazakhstan et les sommes importantes que l’État a investies dans le développement du sport”, a-t-il écrit sur Twitter.

Cette démonstration montre que l’entraînement sportif doit être revu, a-t-il ajouté.

Sa frustration est compréhensible. Le Kazakhstan a dépensé 15 milliards de tenges (35 millions de dollars) pour préparer les olympiens aux Jeux de Tokyo, soit plus de deux fois et demie ce qu’il a investi dans ces Jeux réussis de 2016.

L’amertume de l’échec est d’autant plus grande que le Kazakhstan a été devancé dans le tableau final non seulement par l’Ouzbékistan, qui a une forte tradition de compétition, mais aussi par le Kirghizistan, minuscule et à court d’argent, qui a quitté la compétition avec deux médailles d’argent et une de bronze. Même le Turkménistan a réussi à obtenir une médaille d’argent – la première médaille de quelque nature que ce soit remportée par ses athlètes olympiques – laissant ainsi le Kazakhstan dans son sillage.

La raison de cet effondrement semble résider dans l’équipe de boxe du Kazakhstan, qui a traditionnellement toujours réussi à remporter au moins une médaille. Dans une interview, le vice-ministre de la Culture et des sports, Yerlan Kozhagapanov, s’est efforcé de rejeter la faute sur la manière dont les combats se sont déroulés.

“Ce n’était pas de la boxe classique telle que nous la comprenons. Ce n’était pas le vrai type de combat que nous voyons habituellement aux Jeux olympiques”, s’est-il plaint. “Nos boxeurs viennent d’une autre école. L’école soviétique, qui suppose un type de boxe beau et classique.”

Redoublant d’aigreur, Kozhagapanov s’est plaint de l’arbitrage “très mauvais” et “non professionnel”, qui, selon lui, a privé ses compatriotes de la victoire.