Le Caucase

La Russie envisage de fermer l’ONG Memorial

Un tribunal moscovite a examiné mercredi une affaire concernant l’ONG Memorial, qui a relaté les purges de l’ère soviétique, au lendemain de l’interdiction par la Cour suprême de la principale organisation, qui marque un tournant dans l’histoire de la Russie.

L’arrêt rendu mardi contre Memorial International a suscité un tollé international, les États-Unis, la France et le Conseil de l’Europe condamnant sa fermeture.

Fondé en 1989 par des dissidents soviétiques, dont le lauréat du prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, Memorial est l’organisation de défense des droits la plus importante de Russie. Elle a relaté les purges de l’ère stalinienne et a également fait campagne pour les droits des prisonniers politiques et d’autres groupes marginalisés.

Mardi, la Cour suprême de Russie a ordonné la fermeture de Memorial International, qui conserve les vastes archives du réseau à Moscou et coordonne le travail des bureaux régionaux.

Cette fermeture est intervenue après que les procureurs ont accusé Memorial de ne pas avoir apposé sur toutes ses publications l’étiquette d' »agent étranger », qui désigne les organisations recevant des fonds de l’étranger. Le ministère public a également déclaré que Memorial « crée une fausse image de l’URSS en tant qu’État terroriste et dénigre la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ».

Dans une affaire distincte, les procureurs ont également demandé la dissolution du Centre des droits de l’homme de Memorial pour n’avoir pas utilisé l’étiquette « agent étranger » sur ses publications et pour avoir prétendument justifié le terrorisme et l’extrémisme.

Mercredi, le tribunal municipal de Moscou tiendra une nouvelle audience dans cette affaire.