Le Caucase

Le blocage de la frontière biélorusse prévoit d’arrêter les camions à destination de la Russie

blocage-route

Les militants espèrent une forte participation ce week-end pour bloquer une route cruciale reliant l’UE au Belarus et à la Russie.

Des militants ukrainiens et polonais prévoient de bloquer un point de passage frontalier essentiel entre la Pologne et le Belarus afin d’étouffer le trafic de camions en provenance de l’UE.

Le blocus devrait commencer jeudi matin et pourrait durer dix jours, a indiqué le groupe d’activistes Euromaidan-Warszawa dans un message publié sur Facebook mercredi dernier.

« Chaque camion transportant des marchandises vers la Russie signifie de l’argent qui soutient l’économie et l’armée russes, et nous voulons que cela cesse », a déclaré Viktoria Pogrebniak, une militante ukrainienne d’Euromaidan-Warszawa.

La manifestation prévue intervient alors que Varsovie et d’autres pays d’Europe centrale accentuent la pression sur Bruxelles pour interdire la plupart des transports terrestres entre l’UE, le Belarus et la Russie. La Commission européenne a proposé de bloquer les transporteurs routiers russes et bélarussiens dans le cadre d’une nouvelle série de sanctions prises à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des récentes informations faisant état d’atrocités qui auraient été commises par les troupes russes.

Le blocus près du poste frontière de Kukuryki ne sera pas le premier effort de ce type. Le groupe, ainsi que des organisations alliées, ont bloqué la frontière le mois dernier, créant un embouteillage de 25 kilomètres qui a vu les camions attendre plus de 80 heures pour passer au Belarus.

Cette manifestation a provoqué des échauffourées et des confrontations avec les conducteurs et a finalement été dispersée par la police ; les militants espèrent que la perturbation de cette semaine sera encore plus importante.

« Cette fois, nous serons mieux préparés. Nous allons donner aux conducteurs plus d’informations sur ce qui se passe en Ukraine », a déclaré Mme Pogrebniak. Elle s’attend à ce que jusqu’à 2 000 personnes participent à la manifestation.

D’autres blocages

En début de semaine, des militants ont également bloqué l’autoroute A2 en Pologne, près de la frontière germano-polonaise, pour demander au chancelier allemand Olaf Scholz de « cesser de financer les crimes de guerre ».

Le gouvernement polonais a demandé l’interdiction du trafic de marchandises vers le Belarus et la Russie, mais affirme qu’il doit obtenir l’autorisation de la Commission européenne pour agir. En attendant, Varsovie affirme inspecter chaque camion pour s’assurer qu’il ne transporte pas de marchandises de contrebande. Les autorités polonaises affirment que le volume du trafic vers le Belarus a diminué de moitié depuis le début de la guerre.

L’opposition politique affirme que le gouvernement n’en fait pas assez et se plaint que les caméras surveillant les passages frontaliers ont été récemment désactivées.

« De quoi avez-vous peur ? Que les gens voient à quoi ressemblent vraiment vos sanctions ? » a demandé Jan Grabiec, porte-parole du parti d’opposition Plateforme civique.