Le Caucase

La Lituanie ne défiera pas Bruxelles au sujet de Kaliningrad pour éviter une « victoire » de la Russie

La Lituanie a déclaré jeudi 14 juillet qu’elle ne tenterait pas de contester une clarification de la Commission européenne autorisant le transit ferroviaire de biens à usage civil sanctionnés à travers son territoire vers l’exclave russe de Kaliningrad, ce qui, selon Bruxelles, ne constitue « aucun changement de position » vis-à-vis de Moscou.

Tensions croissantes entre la Russie et la Lituanie

« Il ne serait pas rationnel de consacrer notre temps et notre énergie à des discussions [sur] la question de savoir si un kilotonne d’acier peut être transporté d’une partie de la Russie à la région de Kaliningrad par voie ferroviaire », a déclaré le Premier ministre lituanien Ingrida Šimonytė aux journalistes à Vilnius.

« Toute nouvelle dispute à ce sujet serait une véritable victoire pour le Kremlin ».

Dans une tentative de désamorcer les tensions croissantes entre la Lituanie et la Russie, la Commission européenne a mis à jour, mercredi 13 juillet, ses lignes directrices sur la gestion de la circulation des marchandises sanctionnées entre la Russie continentale et son exclave de Kaliningrad.

Moscou sera autorisé à faire transiter par rail, via la Lituanie, pays de l’UE, des marchandises à usage civil figurant sur la liste des sanctions, dans des quantités comparables à celles livrées avant l’invasion.

Toutefois, l’exécutif européen a ajouté que les autorités nationales des États membres seraient tenues de « vérifier si les volumes de transit restent dans les limites des moyennes historiques des trois dernières années » afin de s’assurer « qu’il n’existe pas de flux inhabituels ou de schémas commerciaux qui pourraient donner lieu à un contournement ».

Toutefois, les marchandises faisant l’objet de sanctions communautaires existantes, telles que l’acier et le ciment, ne seront pas autorisées à transiter par la route, a-t-il ajouté.