Le Caucase

Le Kazakhstan, la Russie et l’Iran ont signé un mémorandum sur le commerce du blé

Les ministère de l’Agriculture du Kazakhstan, de la Russie et de l’Iran ont conclu un mémorandum d’accord tripartite sur le commerce du blé, rapporte la Commission économique eurasienne (CEE).

« L’accord sur la signature du mémorandum était l’un des résultats des négociations sur l’accord intérimaire devant aboutir à la création d’une zone de libre-échange entre l’Union économique eurasienne (UEE) et l’Iran. Veronika Nikishina, membre du conseil du commerce de la Commission économique eurasienne (CEE), a participé à la cérémonie de signature, qui a eu lieu le 12 février à Moscou », indique un communiqué de la CEE.

Mme Nikishina a exprimé l’espoir que la signature d’un mémorandum entre la Russie, le Kazakhstan – fournisseurs clés de blé sur le marché mondial – et l’Iran sera le premier pas vers l’amélioration des chaînes d’approvisionnement dans le commerce du blé depuis l’UEE jusqu’au marché iranien et dans toute la région.

« Nous devons considérer cet événement dans le contexte des préparatifs en vue de l’entrée en vigueur de l’accord intérimaire signé en mai 2018. Cet accord a déjà été ratifié par la République du Bélarus, la République kirghize et la Fédération de Russie. Nous sommes convaincus de la promesse de coopération avec les partenaires iraniens et sommes prêts à poursuivre le dialogue dans divers domaines de coopération commerciale et économique. Nous attendons donc avec intérêt l’achèvement des procédures de ratification de l’accord par les pays membres de l’UEE et Iran », a noté la ministre russe en charge du Commerce de l’UEE.

Les nouveaux projets de l’Ouzbékistan sur les exportations textiles

Le décret présidentiel du 12 février « sur les mesures visant à approfondir les réformes et à développer le potentiel d’exportation de l’industrie du textile, du vêtement et du tricot ».

20 milliards de dollars

Le Cabinet des ministres de la République d’Ouzbékistan vient d’approuver le programme de développement accéléré de l’industrie du textile pour la période 2019-2025, prévoyant ainsi l’exportation de produits textiles pour 20 milliards de dollars (17,7 milliards d’euros) d’ici 2025.

En outre, ce programme offre une approche intégrée de la transformation des matières premières, de la production et de l’exportation de produits finis, notamment en développant et en soutenant la coopération industrielle, en menant des recherches sur les marchés textile national et étranger et en mettant en œuvre des mesures visant à garantir la compétitivité des produits dans le pays mais aussi sur les marchés étrangers en construisant une chaîne de valeur unique.

Selon le Comité consultatif international du coton (CCIC/ICAC), les exportations ouzbèques sont passées de 690 000 t en 2012/13 à 340 00O t en 2016/17 et glisseraient à 330 000 t en 2017/18.

L’USDA précise que les exportations seraient d’environ 250 000 t en 2018/19 en raison de la hausse attendue de la production.

L’Ouzbékistan et l’UE ont commencé à négocier pour renforcer leur coopération

L’Ouzbékistan et l’Union européenne ont entamé la première phase de négociations sur le renforcement de leur coopération bilatérale à Tachkent.

33 millions pour le développement régional

Le document porte essentiellement sur le commerce, les investissements et la sécurité régionale. Le document doit être signé lors de la visite du président ouzbek Shavkat Mirziyoyev à Bruxelles.

Les négociations officielles avec l’Ouzbékistan avaient été annoncées à Bruxelles le 23 novembre 2018. L’accord de coopération entre l’Ouzbékistan et l’UE a quant à lui été signé le 1er juillet 1999.

Ce document est principalement destiné à soutenir les sphères économique et sociale. En ce moment, l’UE met en œuvre 25 projets en Ouzbékistan, dotés d’un budget de 103 millions d’euros. Parmi ceux-ci, 10 projets concernent le développement régional.

Celui-ci est doté d’une enveloppe de 33,5 millions d’euros. En outre, l’Ouzbékistan participe au programme Erasmus + (développement de l’éducation en Asie centrale), ainsi qu’à des projets de gestion des frontières (BOMCA) et du trafic de drogue (CADAP). L’aide financière de l’UE à l’Ouzbékistan pour la période 2014-2020 s’élève à 168 millions d’euros.

Le Kirghizistan se classe au 76e rang de l’indice des passeports

Le passeport kirghize figure dans le nouvel index des passeports, indique le service de presse du service d’enregistrement de l’État (SRS) de la République kirghize.

Le passeport civil (étranger) d’un citoyen de la République kirghize se situe ainsi à la 76e position dans le classement des documents les plus influents au monde en 2019.

En ce qui concerne les voisins de la République kirghize, le passeport du Kazakhstan occupe la 67e position. La position d’un passeport ouzbek est légèrement inférieure à celle d’un passeport kirghize – celui-ci se situant au 80e rang.

À la même position, se trouve le passeport du Tadjikistan. Au classement des passeports Henley & Partners, le Japon est en tête. Singapour et la Corée du Sud ont une position de retard, et les trois premières places sont la France et l’Allemagne, se classant au troisième rang.

Il est à noter que ces indicateurs peuvent être améliorés avec l’introduction de documents d’une nouvelle génération, car cela affectera positivement l’image de l’État et contribuera au régime simplifié d’obtention de visas et de visites dans des pays étrangers.

80% des Kirghizes seraient employés en Turquie, selon des données non-officielles

Ces chiffres sont rapportés par Almaz Alybayev, directeur adjoint du Centre d’information et de consultation du service de la migration de la République kirghize.

M. Alybayev a ainsi eu connaissance de données provenant d’agences d’emploi privées qui collaborent avec l’industrie, celles-ci exercent des activités de surveillance et délivrent des permis de travail pour les citoyens de la République kirghize.

« La délivrance du permis coûte 4 000 soms (50 euros). Il est ensuite émis après le transfert d’un montant de dépôt de 50 000 soms (635 euros), » a expliqué le député.

Il a également ajouté que 80% des Kirghizes seraient employés en Turquie et exerceraient un travail saisonnier dans le secteur des services.

« Le plus souvent, ils travaillent comme serveur, employé d’hôtel, etc. Mais ce sont des données fournies par des agences privées, selon nos données officielles, la majorité de nos compatriotes travaillent en Russie », a déclaré Alybayev.

Des pirates russes auraient volé des preuves recueillies par l’enquête Mueller

Des pirates russes auraient volé puis déformé des preuves liées à la poursuite des poursuites contre les entreprises russes accusées de mener une campagne de propagande visant à influencer les élections américaines de 2016, selon un tribunal.

Un ou plusieurs pirates qui utilisaient le compte @HackingRedstone se seraient introduits dans un serveur russe en octobre, a annoncé le tribunal.

Ils auraient ensuite posté un lien vers un portail en ligne de partage de fichiers contenant des documents du conseil spécial de l’avocat Robert Mueller concernant “l’IRA et la collusion russe”.

L’IRA (Internet Research Agency) est l’une des trois sociétés russes accusées en février 2018, aux côtés de 13 personnes, d’une intervention aux Etats-Unis en vue d’aider Donald Trump à remporter les élections.

Le Kremlin et le président Trump nient toute collusion.

Le document du tribunal prétend que la publication sur Twitter déclarait : “Nous avons accès à la base de données de sondes de l’avocat spécial Mueller, car nous avons piraté un serveur russe avec des informations sur l’affaire Troll.”

Toutefois, selon les procureurs, les données liées auraient été “modifiées et diffusées dans le cadre d’une campagne de désinformation visant à discréditer les enquêtes en cours sur l’ingérence de la Russie dans le système politique américain”.

Les deux autres entreprises russes accusées sont Concord Management and Consulting LLC et Concord Catering.

L’Ouzbékistan a exporté 2,5 fois moins de coton en 2018

L’Iran est devenu l’année dernière le plus gros importateur de fibre de coton ouzbek, rapporte le Comité national des statistiques.

L’Iran en tête

En 2018, l’Iran a importé 57 900 tonnes de fibres de coton pour 115,7 millions de dollars (en 2015, 151 500 tonnes pour 24 millions de dollars).

La deuxième place a été occupée par la Chine – 37 900 tonnes (71 millions de dollars), la troisième par le Bangladesh, avec 9 000 tonnes (18,5 millions de dollars).

Au total, 115 600 tonnes de fibres de coton ont été exportées l’an dernier pour un montant de 222,1 millions de dollars. Parallèlement, en 2017, 278 900 tonnes de fibres de coton ont été expédiées à l’étranger pour 477,1 millions de dollars.

Une analyse de la tendance de la part de fibre de coton dans les exportations totales a montré un déclin progressif. Ainsi, en janvier-décembre 2015, la part des exportations de ces produits représentait 5,9% de son volume total, tandis que 503 800 tonnes de matières premières (736,1 millions de dollars) étaient exportées.

En janvier-décembre 2016, 416 000 tonnes de fibres ont été exportées pour 637,3 millions de dollars. À la suite de janvier à décembre 2017, sa part dans les exportations totales a diminué à 3,8%.

Au Tadjikistan, plus de 13 700 adultes demeurent analphabètes

« En général, le nombre de personnes de cet âge dans le pays à la fin de l’année dernière était de 6 millions 57 000 personnes. Par conséquent, 13 743 personnes sont toujours analphabètes », indique le portail de Countrymeters, un programme qui travaille sur la dynamique de l’évolution de la population dans le monde, prenant comme base les statistiques de l’ONU.

La population adulte s’entend de tous les résidents du pays âgés de plus de 15 ans. On estime que le taux d’alphabétisation des jeunes est légèrement supérieur au taux global d’alphabétisation des adultes, à 99,88%.

Le concept de jeunesse dans ce cas couvre la population âgée de 15 à 24 ans inclus. Selon le projet, à la fin de 2018, la population du Tadjikistan s’élevait à 9 millions 166 000 841 personnes. En 2018, la population du Tadjikistan a augmenté d’environ 201 000 personnes.

Considérant que la population du Tadjikistan au début de l’année dernière était estimée à 8 965 827 personnes, l’augmentation annuelle était de 2,24%.

Le Kirghizistan et le Qatar ont convenu de développer leur coopération dans le domaine des médias

La réunion extraordinaire et plénipotentiaire l’ambassadeur du Kirghizistan auprès de l’État du Qatar, Nuran Niyazaliyev, avec le directeur du bureau de la communication du gouvernement de l’État du Qatar, cheikh Seif bin Ahmed Al-Thani, a eu récemment lieu à Doha.

Selon le service de presse du ministère des Affaires étrangères de la République kirghize, lors de la réunion, Nuran Niyazaliyev s’est exprimé sur les activités des médias dans la république, les mesures visant à renforcer la liberté d’expression et de la presse, et a également envisagé la possibilité d’organiser une visite d’étude de représentants des plus grands médias kirghizes au Qatar.

À la suite de la réunion, un accord a été conclu sur le développement de la coopération dans le domaine des médias et des technologies de la communication.

Les chiffres du commerce extérieur du Kazakhstan progressent en Russie

Selon les services de presse de l’ambassade du Kazakhstan dans la Fédération de Russie, le chiffre d’affaires de ce pays en Russie a atteint près de 16 milliards de dollars (14,09 milliards d’euros) sur onze mois en 2018.

« Le chiffre d’affaires du Kazakhstan et de la Russie en janvier-novembre 2018 s’est élevé à 15,7 milliards de dollars américains.

C’est 6% de plus que la même période de l’année précédente. Dans le même temps, les exportations ont atteint 4,6 milliards de dollars (une augmentation de 9,8%), les importations 11,1 milliards (en augmentation de 4,5%) “, a indiqué l’ambassade.

Rappelons que dans le volume total du chiffre d’affaires du commerce extérieur du Kazakhstan avec les pays de l’UEE, la Russie représente 91,9%.

Le Turkménistan se prépare à dématérialiser de nombreuses démarches pour les entreprises

Selon son programme de développement de l’économie numérique pour 2019-2025, le Turkménistan envisage de développer un système de gouvernement électronique.

Cette question a été discutée lors d’une réunion du Cabinet des ministres du Turkménistan. Le nouveau programme repensera la gestion dans les domaines suivants : industries des combustibles et de l’énergie, industries chimiques et de la transformation, construction, transports, télécommunications, médecine, industrie textile et secteur agricole.

Selon le projet, l’introduction de la gestion électronique des documents affectera toutes les régions du pays.

Toutes ces mesures devraient contribuer à résoudre rapidement les problèmes de gestion et d’organisation, à améliorer le contrôle de la partie matérielle et technique des entreprises et à promouvoir des niveaux plus élevés de service public.

Le nouveau système devrait suivre rapidement et efficacement l’avancement des travaux saisonniers et offrir la possibilité d’un suivi continu et d’une prise de décision opérationnelle au niveau du ministère sectoriel, ainsi que de l’administration et de l’agroalimentaire.

Le Kirghizistan figure dans un top 5 des pays à visiter en 2019

Le Kirghizistan figure dans la liste des meilleurs endroits à visiter en 2019, a écrit le magazine britannique UNILAD Adventure.

Le média britannique a réalisé une vidéo sur les pays qu’il conseille de visiter cette année, qui comprennent, outre le Kirghizistan, Singapour, le Pérou, le Japon et le Sri Lanka.

La vidéo décrit les caractéristiques du petit pays d’Asie centrale, notamment sa nature intacte, ses pâturages et ses paysages de hautes montagnes.

Les auteurs ont évoqué son régime sans visa, ainsi que la période de l’année où il est le plus conseillé de se rendre dans une région donnée.

L’année dernière, la publication a proposé à ses lecteurs de voyager en Géorgie, en Chine, au Portugal, en Afrique du Sud et au Chili.

La BAD alloue 32 millions de dollars pour améliorer les services de santé au Tadjikistan

La Banque asiatique de développement fournira 32 millions de dollars (28,16 millions d’euros) au Tadjikistan pour améliorer les services de santé dans trois régions du pays : Faizabad, Rasht et Shamsiddin Shokhin, rapporte l’institution financière dans un message.

« L’accord de subvention correspondant a été signé le 31 décembre 2018 par le ministre des Finances du Tadjikistan Faiziddin Kahhorzoda et le directeur par intérim de la BAD au Tadjikistan, Raza Farrukh », rapporte le message.

Les soins de santé au Tadjikistan se sont améliorés au cours des dernières décennies, mais ils restent à la traîne par rapport aux moyennes mondiales et régionales en matière de santé maternelle et infantile.

Les taux de mortalité infantile du pays sont de 20 décès néonatals et 37 décès infantiles pour 1000 naissances, par rapport à l’objectif fixé pour les objectifs de développement durable de 12 décès néonatals et 25 décès infantiles pour 1000 naissances vivantes.

Le taux de mortalité maternelle au Tadjikistan est plus élevé que dans d’autres pays d’Asie centrale.

Le projet d’amélioration de la santé maternelle et infantile contribuera à résoudre les principaux problèmes du secteur de la santé au Tadjikistan, tels qu’un financement insuffisant du secteur, des infrastructures obsolètes et une pénurie de personnel médical qualifié, en particulier dans les zones rurales.

Ce financement devrait aider à moderniser les infrastructures et les équipements des hôpitaux de district centraux et des centres de santé ruraux, sensibiliser la population et susciter un comportement plus favorable face aux problèmes de santé.

Le projet soutiendra également les efforts du pays pour créer un système national de gestion des équipements. Le coût total du projet est de 35,2 millions de dollars, tandis que le gouvernement du Tadjikistan en fournit 3,2 millions. Le plan devrait toucher à sa fin en 2025.

Vladimir Poutine adresse ses vœux au président kirghize Sooronbay Jeenbekov

Le président russe Vladimir Poutine a adressé ses félicitations aux dirigeants des pays étrangers en l’honneur du Nouvel An.

Il est rapporté par le site officiel du Kremlin. Dans un télégramme adressé au président du Kirghizistan, Sooronbay Jeenbekov, que le président russe a salué les relations de “l’alliance et du partenariat stratégique” entre la Russie et le Kirghizistan.

Vladimir Poutine a noté que la coopération dans le cadre des processus d’intégration eurasienne se poursuivrait dans l’intérêt des peuples des deux pays et du développement de l’ensemble de la région.

Il a également adressé ses félicitations à un certain nombre d’anciens chefs d’Etats et de gouvernements étrangers et de responsables politiques, dont l’ancien président du Kirghizistan, Almazbek Atambayev.

Chavkat Mirziyoyev élu “personnalité de l’année” en Asie

Le président de l’Ouzbékistan Chavkat Mirziyoyev a été élu “personnalité de l’année” en Asie.

Garant de la paix et la stabilité en Asie centrale

Selon l’Association des journalistes asiatiques, Shavkat Mirzieev a remporté le titre de “Personne de l’année” dans la catégorie “homme politique”.

Selon “The Korea Times”, la grande majorité des personnes qui ont choisi la “Personnalité de l’année” pensent que Mirziyoyev apporte une contribution sans précédent à la paix et à la stabilité en Asie centrale “.

Les autres personnalités a avoir été élues sont le président d’honneur du groupe LG, Ku Bon Mo, le chirurgien cardiologue égyptien Magdi Habib Jacob et l’entraîneur-chef de l’équipe nationale vietnamienne Pak Khan Sa.

La cérémonie de remise des prix aura lieu au printemps 2019 lors de l’Assemblée générale de l’Association des journalistes asiatiques.

Plus de 1,7 million de tonnes de charbon produites au Tadjikistan

Au début de décembre 2018, la production de charbon au Tadjikistan dépassait 1,7 million de tonnes.

Selon le ministère de l’Industrie et des Nouvelles Technologies du pays, la production de charbon s’élevait à plus de 1 million 734,8 milliers de tonnes, rapporte l’agence Avesta. Le pays produit du charbon et du lignite.

Quatorze gisements

Selon la source, une vingtaine de sociétés nationales et étrangères sont engagées dans l’extraction du charbon et la production dans 14 gisements.

L’entreprise Fon-Yagnob représente plus de la moitié du volume total de charbon produit dans le pays. Auparavant, il a été annoncé que la production de charbon au Tadjikistan d’après les résultats de 2018 devait atteindre 2 millions de tonnes pour cette année.

Bruxelles a alloué 6,5 millions d’euros au Kirghizistan pour des programmes de protection sociale

L’UE a transféré une subvention de 6,5 millions d’euros au Trésor central du ministère des Finances de la République kirghize pour soutenir le secteur de la protection sociale, a annoncé le service de presse de l’Union européenne.

« Il s’agit du deuxième versement de 26 millions d’euros alloué par l’UE au programme d’aide budgétaire destiné à aider le gouvernement de la République kirghize à mettre en œuvre des réformes dans le domaine de la protection sociale », lit-on dans le message.

Le premier versement de 4,25 millions d’euros a été effectué début 2016. Le dernier versement prévu dans le cadre du programme est prévu pour fin 2019.

L’objectif principal de l’aide de l’Union européenne est d’élargir la gamme et la qualité des services sociaux, en particulier pour les enfants à risque, dans le cadre de la mise en œuvre des politiques nationales en matière de protection de l’enfance, telles que définies dans le Code de l’enfance adopté en mai 2012 dans le pays.

Les réformes et les succès obtenus dans le domaine de l’assistance sociale dans le cadre de programmes antérieurs, assurent également la continuité de ces politiques de protection de l’enfance.

Près de 800 citoyens graciés au Turkménistan

Le président du Turkménistan Gurbanguly Berdimuhamedov a signé, à l’occasion de la Journée de la neutralité (12 décembre), un décret accordant la réhabilitation de personnes condamnées, rapporte le gouvernement du Turkménistan.

Conformément au document, 796 citoyens du pays seront dispensés de purger leur peine d’emprisonnement.

Le président a chargé le ministère de l’Intérieur, ainsi que d’autres organes compétents, de prendre toutes les mesures nécessaires pour que les personnes graciées dans un avenir proche soient libérées de prison et rentrées chez elles, auprès de leur famille.

Rappelons que le 12 décembre est l’anniversaire de la neutralité du Turkménistan.

L’Assemblée générale des Nations Unies avait adopté le 12 décembre 1995 la résolution sur la « Neutralité permanente du Turkménistan ».

Une inflation de 5,1% au Tadjikistan depuis le début de l’année

Le taux d’inflation dans le secteur de la consommation du Tadjikistan pour les onze mois de l’année 2018 a été de 5,1%.

En dessous de la limite des 7%

L’année sur la même période de l’année dernière, les prix et les tarifs avaient augmenté de 6,4%, rapporte l’agence Avesta.

Le mois dernier, l’inflation était de 0,4%. En général, depuis le début de cette année, les prix des produits alimentaires, des produits non-alimentaires et des services ont augmenté de 5,1%.

Le taux d’inflation annuel s’est élevé à 5,5% de novembre 2017 à novembre 2018.

Suite aux résultats de cette année, le gouvernement du Tadjikistan prévoit de maintenir l’inflation à un niveau ne dépassant pas 7%. Fin 2017, l’inflation dans le pays s’élevait à 6,7%.

Renouvelable : l’Ouzbékistan lance un appel d’offres pour l’énergie solaire

Pour la première fois en Ouzbékistan, la construction d’une centrale solaire sous la forme d’un partenariat public-privé (PPP) devrait avoir lieu, rapporte le Comité d’Etat pour les investissements de l’Ouzbékistan.

Une conférence s’est tenue avec le soutien de la Société financière internationale (SFI) et d’Uzbekenergo JSC afin d’attirer les investisseurs potentiels pour la construction du premier parc photovoltaïque à Tachkent.

Des représentants de 22 grandes entreprises énergétiques et d’organismes financiers internationaux étaient en Ouzbékistan pour se familiariser avec les caractéristiques techniques de ce projet et avec les dates prévues pour la sélection des candidats.

La BAD investit 264 millions d’euros pour soutenir le développement du Tadjikistan

Le programme actualisé de la Banque asiatique de développement (BAD) au Tadjikistan pour 2019-2021 vise à soutenir le développement des routes et de l’énergie, le secteur privé, l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire et les infrastructures municipales.

« L’assistance financière indicative dans le cadre du plan opérationnel triennal approuvé récemment s’élève à plus de 300 millions de dollars (264 millions d’euros), le tout basé sur des subventions », a indiqué la banque lors d’une conférence de presse à Douchanbé.

Néanmoins, la taille finale dépendra des réalisations du pays et de la disponibilité des fonds de la BAD. « Ce plan opérationnel est conforme à la stratégie de partenariat actuelle de la BAD avec les priorités nationales et de développement », a déclaré Pradip Srivastava, représentant permanent de la BAD au Tadjikistan.

« Pour faire face aux défis et aux besoins émergents du pays, la BAD est ouverte au partenariat et cofinancement avec d’autres organisations multilatérales et bilatérales », a-t-il souligné.

Le plan d’investissement indicatif comprend des projets de réhabilitation des corridors routiers clé, de soutien au développement du secteur financier, de développement du secteur de l’énergie, notamment en soutenant les réformes sectorielles et l’amélioration des infrastructures, notamment de gestion de l’eau.

L’Ouzbékistan reconnu comme le pays le plus sûr d’Asie centrale

Les experts d’International SOS et de Control Risks ont établi une carte comportant des évaluations des risques pour les touristes en 2019. Dans ce document, l’Ouzbékistan est reconnu comme le pays le plus sûr d’Asie centrale en matière de voyages, a rapporté le service de presse du Comité national du tourisme ouzbèke.

Un niveau de menace faible

Le niveau de menace pour les touristes est ainsi assez faible en Ouzbékistan. Celui-ci est d’ailleurs le même que dans la plupart des pays de l’UE, en dépit du fait que la vallée de Fergana est classée dans la catégorie « présentant un niveau de danger élevé ».

Cette catégorie comprend des pays ou des régions particulières où, selon les experts, de grandes manifestations antigouvernementales sont possibles, au cours desquelles des manifestants pourraient attaquer des étrangers, que cela soit à cause d’un taux de criminalité élevé ou une forte probabilité d’affrontements ethniques ou religieux.

En outre, il existe un « niveau de danger élevé » pour les voyageurs dans les zones frontalières de l’Afghanistan ainsi que dans la région de Surkhandarya.

Etant présent dans 92 pays différents, International SOS est l’une des agences de services médicaux et touristiques les plus importantes au monde.

Singapour envisage de construire une ville intelligente près de Tachkent, en Ouzbékistan

La société singapourienne Universal Success Enterprises envisage de créer une “ville intelligente” dans la région de la capitale ouzbèke Tachkent pour 2,5 milliards de dollars (2,22 milliards d’euros), selon le site d’infrormation Podrobno.uz.

Un expert singapourien de la “smart city”

Le mémorandum sur la construction a été signé entre la société singapourienne Universal Success Enterprises et le Comité des investissements de l’État lors du premier forum international des investissements qui s’est déroulé à Tachkent le 21 novembre dernier.

Le projet devrait être achevé d’ici la fin de 2021 en attirant ainsi 2,5 milliards de dollars d’investissements directs étrangers.

Universal Success Enterprises dispose d’une vaste expérience dans la construction de villes “intelligentes” et industrielles. La société singapourienne a mis en œuvre des projets de construction dans les villes indiennes de Calcutta, sur un territoire de 152 hectares, et Dholera, sur un territoire de 400 hectares.

Le Kazakhstan se classe au 31e rang de l’indice de développement du capital humain

Le Kazakhstan se classe désormais au 31e rang sur l’indice de développement du capital humain, se classant même 10e en termes de formation dispensée, sur 157 pays évalués. La nouvelle a été annoncée par Harry Patrinos, gouverneur de la Banque mondiale pour les pratiques éducatives.

“Le Kazakhstan se classe au 31e rang sur l’indice de développement du capital humain et notamment 10e en termes de formation dispensée.”

Nous constatons que dans certains pays, les résultats sont plutôt faibles. Singapour affiche pour sa part les meilleurs résultats en termes de développement du capital humain et de formation.

“C’est un très bon résultat pour le Kazakhstan. En général, sur les 157 pays qui ont été mesurés par l’indice de développement du capital humain, le Kazakhstan a pris la 31e place, nous constatons une dynamique de changements entre 2012 et 2017, lorsque le Kazakhstan a participé à divers tests dans le domaine de l’éducation.”, a-t-il noté.

En parallèle, le ministère de l’Education et de la Science du Kazakhstan vient d’officiellement lancer le projet « Modernisation de l’enseignement secondaire » conjointement avec la Banque mondiale, avec pour objectif d’améliorer la qualité d’enseignement dans le secondaire et de favoriser l’égalité des chances en son sein.

Vote pour la présidence d’Interpol : défaite du candidat russe Alexander Prokopchuk

Interpol a élu un président sud-coréen Kim Jong-yang à la tête de l’organisation, rejetant ainsi le candidat controversé russe.

M. Kim a été choisi par les 194 États membres d’Interpol lors d’une réunion de son congrès annuel qui s’est déroulée à Dubaï.

Ce dernier a battu le Russe Alexander Prokopchuk, accusé d’avoir utilisé le système de mandat d’arrêt d’Interpol à l’encontre de critiques du Kremlin.

Les critiques russes ont salué cette défaite. Moscou estime pour sa part que la nomination de M.Kim est due à “des pressions et des interférences sans précédent”.

L’élection fait suite à la disparition de l’ancien président d’Interpol, Meng Hongwei, qui a disparu lors d’un voyage en Chine en septembre. Beijing a depuis confirmé qu’il était en détention et qu’il fait actuellement l’objet d’une enquête pour avoir accepté des pots-de-vin.

M. Kim, âgé de 57 ans, est un ancien officier de police sud-coréen qui a déjà été chef de la police à Gyeonggi, la province la plus peuplée du pays.

Il était déjà le Premier vice-président d’Interpol et occupait le poste de président par intérim depuis la disparition de M. Meng. Il purgera ainsi les deux dernières années du mandat de M. Meng.

Bien que son rôle de président soit essentiellement symbolique – la gestion quotidienne d’Interpol étant opérée par son Secrétaire général, Jürgen Stock -, il exerce cependant une influence.

Lors de son élection, M. Kim a déclaré : “Le monde moderne est confronté à des changements sans précédent qui présentent d’énormes défis pour la sécurité publique. Pour les surmonter, nous avons besoin d’une vision claire : nous devons construire un pont vers l’avenir.”